Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 16:33

L'enfant multiple d'Andrée Chedid

 

L'enfant multiple, roman de l'écrivaine française d'origine égyptienne Andrée Chedid, a été publié en 1989 dans la collection J'ai lu des éditions Flammarion. Dans ce livre, l'auteur dénonce les horreurs de la guerre, elle parle ici de la guerre au Liban ( 1975-1990 ), le personnage principal est originaire de ce pays et y a vécu durant ces années de guerre. Andrée Chedid, ayant vécu au Liban dans les années 40, se sert de ce livre pour exprimer sa souffrance face à la destruction de ce pays. Ce roman s'appelait à l'origine L'Enfant au manège tirée du recueil de nouvelles L'artiste et autres nouvelles.

 

 

 

Le résumé

 

C'est l'histoire d'un jeune garçon, nommé Omar-Jo. Il est né d'un père musulman égyptien et d'une mère chrétienne libanaise. Son pays, le Liban est déchiré par la guerre. Après un attentat à la voiture piégée qui causa la mort de ses parents et la perte de l'un de ses bras, il vécu un certain temps chez son Grand-père puis alla vivre en France chez des cousins. A Paris il fit la rencontre d'un forain, prénommé Maxime, qui avait perdu goût de la vie et dont le manège n'était plus attractif pour personne. Omar-Jo va lui redonner la joie de vivre et remettre son manège sur pieds.

 

L'auteur

 

Andrée Chedid est née le 20 mars 1920 au Caire. Partagée entre deux continents, deux cultures, elle a écrit beaucoup de livres évoquant le Moyen-Orient, ou s'y passant. Elle a écrit des nouvelles comme La femme en rouge (1978) ou La chèvre du Liban (1978), des contes pour enfants, des romans comme Le message (2000) des pièces de théâtre comme Poursuites (2003) et des poèmes tel que le poème Ombre :


Ô mon aimé, la mort couronne la vie

Et je ne sais nous voir

Ni tout à fait sans l'une

Ni tout à fait en l'autre.

 

Sur l'eau du fleuve

Nos ombres ont pâli

Ah qu'elles étaient légères

Et comme on y croyait

Nous passons nous glissons

Images englouties

Bien avant la pierre sourde

Et tout ce qui n'est pas.

 

En 1944, elle reçoit le prix Paul-Morand de l'Académie Française, qui consacre la "qualité de pensée, de style, l'esprit d'indépendance et de liberté" dans toute son oeuvre.
Dans les années 1940, elle vécue au Liban avec son mari. Elle vivait à Paris depuis 1946. 

Elle était la mère de Louis Chedid et la Grand-mère du chanteur Mathieu Chedid.

Andrée Chedid est décédée le 6 février 2011.

 

Le choix du titre

 

Le titre du roman désigne le personnage principal Omar-Jo. Cet enfant doit ce surnom à ses parents, qui sont de pays, de religions et de cultures différentes et à ses multiples talents ( comédien, assistant de Maxime...). Omar-Jo vient du Liban mais il vient vivre en France, il est donc au milieu de cultures différentes, de façons de vivre différentes, il est aussi "multiple" à ce niveau là.  

 

 

 

Le roman débute avec le récit de la vie de Maxime le forain, il est triste et déprimé car son manège, situé place Saint-Jacques à Paris, ne marche plus, il avait donc pris la décision de le revendre, puis arrive Omar-Jo. Après cette apparition c'est à cet enfant que l'on va s'intéresser. On oscille entre leur deux histoires à travers de nombreux flashbacks. On les voit évoluer dans le présent, lier étroitement leur vie, mais on découvre aussi leur passé, la vie d'Omar-Jo au Liban, avant mais surtout pendant la guerre, grâce à ces flashbacks.

 

Les personnages

 

Omar-Jo : C'est un jeune graçon issu d'un métissage de cultures. Son prénom se compose du prénom de son père, Omar, et du diminutif du prénom de son Grand-père maternel, Joseph . Il a été marqué par la guerre, physiquement, il a perdu un bras et a des grosses marques sur le visage, et psychologiquement, il a perdu ses parents dans un attentat. L'espoir le fait vivre, il lui permet de surmonter les épreuves que la vie lui inflige. Sa joie de vivre, son dynamisme et son énergie extraordinaire fait oublié son handicap. Lorsqu'il commence à faire des spectacles, il se surnomme Omar-Jo Chaplin car il admire cet homme qui comme lui a eu une enfance difficile mais qui arrive malgré tout à faire rire les gens du monde entier. 

 

Maxime : C'est un homme d'une quarantaine d'années, il avait perdu goût à la vie suite à l'ennui de son travail et avait donc décidé d'acheter un manège contre l'avis peu favorable de toute sa famille. L'affaire fleurit bien mais au bout de quelques années il y a de moins en moins de monde et il fini par déchanter et décide de revendre son manège, puis arrive Omar-Jo, duquel il se méfit au début, qui va lui redonner la joie de vivre et faire revivre son manège. Omar-Jo et le forain sont très attachés l'un à l'autre, Omar-Jo trouve en quelque sorte un deuxième père en Maxime.

 

Joseph : C'est le Grand-père maternel d'Omar-Jo. Il a recueilli et pris soin de son petit-fils suite à la mort de sa fille et de son gendre. Malgré son grand âge c'est quelqu'un de très ouvert qui souhaite qu'Omar-Jo profite de la vie, qu'il ne connaisse pas qu'un monde en guerre, qu'il découvre le monde, c'est pour cela qu'il l'envoie en France chez des cousins, Rosie et Antoine. 

 

Cheranne : Surnommée la femme-coquelicot par Maxime et Omar-Jo en raison de sa jupe rouge, qu'elle porte quasiment tout le temps. Comme Omar-Jo elle est née de parents de différentes origines, sa mère est américaine et son père est français, elle a vécue dans ces deux pays.

 

Les thèmes principaux

 

Les thèmes abordés dans ce roman sont la guerre, celle du Liban (1975-1990), qu'Omar-Jo et ses proches ont subi, l'amour, la belle histoire des parents du personnage principal et celle de Maxime et  Cheranne et l'amitié, celle, très forte, qui lie le petit garçon et le forain.

 

Mon avis

 

J'ai beaucoup aimé ce livre, je trouve que c'est une belle leçon d'humanité que nous donne Andrée Chedid. Le personnage principal, Omar-Jo, est quelqu'un de très courageux, plein de joie, d'humour malgré tout ce qu'il a vécu, il trouve la force de vivre après la mort de ses parents, et la redonne à un homme désespéré, comme quoi les enfants sont capables de grandes choses même si ils sont petits. Il a beau ne pas être très âgé, il connait énormément de choses, grâce à ses parents, à son Grand-père qui lui ont appris la diversité, l'égalité et le respect des autres quelle que soit leur origine. Le fait que ses parents ne soient pas issus de la même culture l'a enrichi. On s'attache tout de suite à ce petit garçon, quasiment tous les personnages sont attachants d'ailleurs. L'histoire d'amitié entre Maxime et Omar-Jo, qui au début ne sont pas du tout destinés à se croiser, est très belle et émouvante. Je ne saurai donné d'avis négatif sur ce livre, tout m'a plu, autant l'histoire que le style de l'auteur. C'est un livre que je recommande à tous, même à ceux qui n'aime pas particulièrement lire, il se lit facilement et on se laisse prendre par l'histoire. La seule chose que l'on pourrait reprocher, c'est que l'on peut se perdre entre tous les flashbacks et le présent, mais moi cela ne m'a posé de problème. Bonne lecture !

 


 

Partager cet article

2bloth2010.over-blog.com - dans Presentation de livres
commenter cet article

commentaires

M. Urnauer 01/04/2011


Très bien, pour ce qui a été fait. On aurait aimé en savoir un peu plus, néanmoins, sur l'intrigue, le caractère réaliste, et aussi la vision du monde que nous propose ici l'auteur.


Présentation

  • : Blog des 2 D de LOTH 2013-2014
  • : Bienvenue sur le blog des élèves de 2 D du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Recherche

Liens