Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 08:17

Hésitation entre situation réelle ou irréelle

 

 

 

             Dans la nouvelle « La main d’écorché » de Maupassant, on remarque deux résolutions possibles : une rationnelle et l’autre irrationnelle.
 

             En effet, dans le début de la nouvelle un homme sous-entend que la main d’écorché n’est pas humaine : « Mon ami […] je crois que cette main est tout simplement de la viande indienne conservée par un procédé nouveau. » l36 p219. Puis, après le meurtre de Pierre, le narrateur essaie de trouver une explication rationnelle à la disparition de la main : « Les médecins l’avaient sans doute enlevée pour ne point impressionner les personnes qui entraient dans la chambre » l99 p221.

             Cependant, beaucoup plus d’indices nous mènent vers la résolution  irrationnelle. Tout d’abord, le narrateur sous-entend aux lignes 40 puis 45 de la page 219 que la main d’écorché est encore en capacité de tuer quelqu’un et qu’il faudrait mieux l’enterrer : « reprit avec le plus grand sang-froid […] et toi, Pierre […] fait enterrer chrétiennement ce débris humain. » et « le proverbe qui a tué tuera. Et qui as bu boira. » Un doute s’installe aussi quand le narrateur dit « Je ne m’informais point de ce qu’elle était devenue » l101 p221. Dans l’article de journal parut après la mort de pierre ont peu lire : « Le rapport du docteur Bourdeau […] dit que l’agresseur devait être doué d’une force prodigieuse et avoir une main extraordinairement maigre et nerveuse » l123 p222, ce qui rappelle aux lecteurs la description de la main d’écorché faite à la ligne 16 de la page 218 « très longue et comme crispée, les muscles, d’une force extraordinaire. » Le dernier élément irrationnelle est évoqué lors de l’enterrement de Pierre : « Tiens ! s’écria un des hommes regardez donc, le gredin a un poignet coupé, voilà sa main. » l175 p224, comme si Maupassant avait voulu dire que la main s’était enfin vengé et avait retrouvé sa place.

             On peut donc conclure que c’est aux lecteurs de choisir la résolution qui lui semble la plus logique, car certains éléments nous prouverons que n’y le rationnelle, n’y l’irrationnelle ne peuvent expliquer certaines actions. Nous pouvons donc qualifier cette nouvelle de fantastique. 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Camille CHERIAUX - dans commentaire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog des 2 D de LOTH 2013-2014
  • : Bienvenue sur le blog des élèves de 2 D du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Recherche

Liens